);

Le coaching : bien avec soi, s’aimer, améliorer ses relations

Un coaching pour s'aimer vraiment, un coaching pour être bien avec les autres​

Et vous, vous aimez-vous à votre juste valeur ?

  • Portez-vous un regard critique sur vous-même, parfois sans indulgence ?
  • Lorsque vous vous trompez, vous parlez-vous durement ?
  • Dites-vous parfois « Oui » alors que vous aimeriez dire « Non » ?
  • Vous sentez-vous mal lorsque quelqu’un refuse ce que vous proposez, vous sentez-vous triste ou en colère ?
  • Vous fiez-vous beaucoup à l’avis des autres ?
  • Accordez-vous beaucoup d’importance à leur regard ?
  • Vous comparez-vous souvent à eux, trouvant en général que ce qu’ils font ou ce qu’ils sont est bien mieux que ce que vous faîtes ou êtes ?
  • Etes-vous sensibles aux critiques que les gens peuvent vous faire ?

– Avez-vous parfois l’impression de ne pas être à votre place ?
– Vous sentez-vous abandonné quand vous êtes seul ?
– Etes-vous souvent en colère ? Agressif ?
– Vous arrive-t-il de ne pas essayer certaines choses qui vous tenteraient parce que vous avez peur d’échouer ?
– Avez-vous l’impression de manquer de confiance en vous ?
– Avez-vous des difficultés à défendre votre avis calmement ?

  • Avez-vous l’impression de ne pas vous écouter ?
  • De ne pas vous accorder ce qui vous ferait du bien, à vous, juste à vous, et de faire passer les désirs des autres avant les vôtres ?
  • Avez-vous tendance à faire taire vos émotions, à ignorer le message qu’elles veulent vous faire passer ?

S'aimer soi-même parce qu'on le mérite !

Pourtant, nous avons tous intérêt à nous aimer ! Nous aimer nous permet de vivre une vie épanouie, une vie qui nous correspond, que nous choisissons, dans laquelle nous sommes acteur parce que nous savons que nous le méritons. Lorsque je m’aime, je fais attention à moi, à ce qui m’apporte du plaisir, à ce qui est important pour moi ; je réfléchis à ce qui ne me plaît pas, et l’écarte si besoin ; j’ose reconnaître ce avec quoi je ne suis pas d’accord, et le dire ; je sais également réagir lorsque je suis blessé, et me protéger. Enfin, je sais que je mérite d’être heureux, et sans forcément tout faire en ce sens, je me donne ce que je mérite.

S'aimer soi-même, c'est aussi se rendre disponible à l'autre

Lorsque je m’aime, je vis sainement la relation à l’autre : au travail, j’apporte ma contribution dont je connais la juste valeur ; j’affirme et défends mon point de vue avec sérénité et accueille les critiques de manière distanciée en en tirant positivement des idées pour progresser, si j’en ai envie, et comme j’en ai envie ; je fais mes demandes, je pose mes limites.

Avec ma famille, mes amis, j’apporte ce que je suis, j’accepte l’autre tel qu’il est, sans besoin de reconnaissance particulier. Dans le couple, je n’ai ni attente excessive, ni exigence, je ne quémande pas l’amour de mon partenaire ni une attention permanente. Je lui donne sa juste place, celle d’un cadeau dans ma vie, et ne lui confère pas le pouvoir de légitimer mon existence, rôle que l’autre ne souhaite de toute manière pas endosser, et qui peut effrayer au milieu de tous les non-dits entre lui et moi. Avec tous, je pose mes limites sans crainte d’être rejeté ou abandonné, et je me fais respecter tout en faisant de même vis-à-vis des autres. Je ne cherche pas à plaire à tout le monde, je ne fais pas ce que l’on attend de moi, je suis moi, tout simplement moi.

Devenir son meilleur ami

S’aimer, c’est se connaître et s’apprécier. S’apprécier comme on apprécie notre meilleur ami :  avec bienveillance, chaleur, respect, et parfois un peu de critique, mais toujours constructive et bienveillante. C’est aimer ce que l’on est, connaître ses qualités à leur juste valeur, et aussi connaître ses défauts, les accepter au plus profond de soi en tant que part de notre humanité, tout en les travaillant si on en ressent le besoin ; c’est accepter toutes nos parts, des plus sombres aux plus lumineuses, sans complaisance et sans sévérité excessive non plus. S’aimer, c’est (re)connaître la merveilleuse lumière qui est en nous.

Lorsque l’on est bien avec soi, que l’on a une relation à soi saine, respectueuse, positive, on peut alors s’ouvrir à l’autre, nous rendre disponible pour lui, pleinement, en conscience et suivant notre volonté propre, et lui apporter ce que nous sommes et recevoir ce qu’il est et tout ce qu’il nous apporte comme un cadeau.

Et si vous vous y mettiez ?

S’aimer est le début du bonheur. On peut commencer seul : Internet regorge d’astuces, exercices à faire, méthodes. Il peut être intéressant aussi de se faire accompagner : mettre en parole ce que l’on pense et ressent permet expliquer, d’expliciter, de détailler ce qui nous bloque sur le chemin de l’amour de soi et enfin d’en avoir les clés plus efficacement, plus rapidement.

Une fois que l’on est bien avec soi, il est intéressant également de travailler son rapport à l’autre : nous exprimer avec assertivité (compétence que l’on nous apprend rarement pas, mais qui s’acquiert à tout âge), exposer nos limites et nos besoins et recevoir ceux de l’autre en toute sérénité. Pour ce point-là aussi, un accompagnement sous forme de coaching peut être très bénéfique.

Retour en haut